Violences de genre et résistances

Table des matières

  • Éditorial
  • Violences de genre et résistances7
  • Aurélie Leroy
  • Points de vue du Sud
  • Violences structurelles
  • Violence et reproduction sociale : l'émergence féministe latino-américaine29
  • Luna Follegati Montenegro et Pierina Ferretti
  • Extractivisme et patriarcat : défense des territoires et des corps55
  • Francisca Fernández Droguett
  • Migrations : violences de genre et résistances65
  • Almudena Cortés Maisonave
  • Violences sexuelles comme stratégies de domination
  • Le viol comme réponse aux revendications des Dalits en Inde79
  • Jyoti Diwakar
  • Les yézidl es d'Irak et Daech : violence sexuelle en période de guerre95
  • Zeynep Kaya
  • Violences familiales, extra-domestigues et institutionnelles
  • La « marée verte » féministe en Amérique latine117
  • Marta Lamas
  • Violence de genre, féminicides et résistances en temps de pandémie131
  • Maria Alejandra Otamendi, Milena Fernandes Barroso et Márcia Esteves Calazans
  • Violence domestique et masculinités hégémoniques en Afrique du Sud141
  • Linda Mshweshwe
  • Violences en ligne
  • Vers une réponse féministe au discours de haine en ligne157
  • Anita Gurumurthy et Bhavna Jha
  • La lutte pour un « internet féministe »167
  • Tamara Pearson
  • Index173
  • Liste des Alternatives Sud parus175

Points de vue du Sud

Leroy, Aurélie


  • Éditeur : Syllepse
  • Date de parution : 2021-10-12
  • ISBN : 9782849509494
  • Nombre de pages : 175
  • Prix : 25,95 $ *

  • Disponible : Le livre est à la librairie. Contactez-nous pour le réserver.

Feuilleter ce livre


Résumé

Un numéro consacré aux violences de genre dans les pays du Sud. Les contributeurs analysent les ressorts patriarcaux qui sous-tendent ces phénomènes et se manifestent à toutes les étapes de la vie des femmes, dans les espaces privés ou publics, ainsi que le renouveau féministe qui s'affirme dans certaines régions du monde telles que l'Amérique latine.

Quatrième de couverture

Points de vue du Sud

Dans l'imaginaire collectif, les violences de genre - au même titre que la pauvreté - tendent à être considérées avec fatalisme. Phénomène social banalisé, elles renvoient à l'ordre « naturel » des choses, réduites au seul fait d'« hommes violents ».

De la sorte, on oublie l'essentiel. Féminicides, viols, harcèlements ne résultent pas de comportements isolés ou « déviants », ils témoignent de ressorts patriarcaux profonds et indiquent une même représentation de l'infériorité des femmes. Ces agissements s'inscrivent dans un continuum de violence qui se déploie à toutes les étapes de la vie, dans les espaces privés ou publics et sous de multiples formes - physique, symbolique, institutionnelle... -, afin de conforter l'emprise masculine.

La violence patriarcale a ses propres spécificités, mais pour l'aborder dans sa complexité, elle doit être articulée à d'autres structures de domination, telles que le mode de production capitaliste - particulièrement abusif pour les femmes - et la matrice coloniale, qui exerce des effets concrets et durables sur les territoires et les corps - principalement ceux des travailleuses pauvres « racisées ».

Dans un climat délétère pour les droits des femmes - crise sanitaire et économique, campagnes anti-genre, offensives réactionnaires -, un renouveau féministe s'est affirmé ces dernières années, au départ de l'Amérique latine, autour de l'enjeu central de la violence. Et s'est amplifié, en Asie et en Afrique, par son articulation avec d'autres luttes sociales et politiques.


* Les prix de nos produits sont sujets à changements sans préavis.

Partager

Pas d'évènements pour le moment.

Voir les évènements précédents