couverture
  • Disponible

Recherche de l'authentique

L'amour, l'esprit, la littérature

Harrison, Jim

* Les prix de nos produits sont sujets à changements sans préavis.

Résumé

Dans ce recueil mêlant fictions et essais, l'écrivain américain évoque tour à tour le bonheur et la fragilité d'exister, le combat des Indiens Crow ou Nez percé pour leur liberté, une rencontre avec un crotale, un poème de P. Neruda, les oeuvres de C. Bukowski, J. Steinbeck et H.D. Thoreau ou encore le sort réservé aux immigrés clandestins.

Biographie de l'auteur.e

Jim Harrison est né en 1937 dans le Michigan, aux États-Unis. Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont les célèbres Légendes d'automne, Dalva, De Marquette à Veracruz et, plus récemment, Dernières nouvelles, Le Vieux Saltimbanqueet Un sacré gueuleton. Il a également écrit pour le New Yorker, Esquire, Sports Illustrated, Playboy et The New York Times. Il est mort le 26 mars 2016 dans sa maison de Patagonia, en Arizona.

Quatrième de couverture

« J'écris pour continuer de devenir une rivière ne figurant sur aucune carte. Cette rivière me va comme ma peau. »

« Tout au fond de nous, mais aussi à la surface, il y a le garçon laid et blessé qui face au miroir n'a jamais réussi à trouver le moindre angle avantageux. »

« Peut-être que dans mes textes où l'on entend une voix de femme, j'essaie de faire revivre ce fantôme que la culture nous dérobe. »

« Il est quelquefois bon de se débarrasser de son bagage habituel, en partie pour voir s'il mérite vraiment d'être porté. »

Le thème de « la recherche de l'authentique » résume à lui seul le projet littéraire commun à toute l'oeuvre de Jim Harrison. Dans ce recueil de textes, inédits pour certains, écrits pour divers journaux et magazines au cours des cinquante dernières années, l'auteur de Dalva, Légendes d'automne et Un bon jour pour mourir parle avec une verve inégalée du bonheur et de la fragilité d'exister. Tout devient littérature sous sa plume acérée, éblouissante d'intelligence et d'humour.

Qu'il tourne les pages de son enfance, évoque une mémorable partie de pêche ou de chasse, confesse son admiration pour Neruda, Steinbeck, Bukowski, ou sa crainte de voir les États-Unis transformés en « Disneyland fasciste », il livre un autoportrait saisissant et sans complaisance. L'occasion pour lui de nous ouvrir les yeux sur ce précieux viatique qui a guidé sa vie face aux imposteurs de tout poil : être vrai, trouver au fond de soi le chemin de la « frêle passerelle entre ne rien attendre et tout désirer ».