couverture
  • Non-disponible

Race et histoire dans les sociétés occidentales (XVe-XVIIIe siècle)

Schaub, Jean-Frédéric

  • Éditeur : Albin Michel
  • Collection : Bibliothèque Albin Michel Bibliothèque Albin Michel de l'histoire
  • 504 pages
  • ISBN 9782226253866
  • Paru le 15 novembre 2021
  • 39,95 $ *
  • Histoire

* Les prix de nos produits sont sujets à changements sans préavis.

Résumé

Une histoire de la construction historique et culturelle de la catégorisation des individus et des groupes en Occident, de la Renaissance jusqu'aux Lumières. Le processus de racialisation est interrogé en remontant à la croyance en un caractère héréditaire des qualités humaines, à l'idée d'une nature inscrite dans le sang et aux conséquences des conquêtes intra et extra-européennes.

Biographie de l'auteur.e

Jean-Frédéric Schaub et Silvia Sebastiani enseignent l'histoire à l'École des hautes études en sciences sociales.

Quatrième de couverture

Ce livre présente les processus de racialisation qui ont ponctué la transformation de l'Europe et de ses colonies de la fin du Moyen Âge à l'âge des révolutions. Cette histoire éclaire l'évolution des sociétés, des institutions, des cultures et des théories. Elle décrit la volonté de catégoriser les individus et les groupes, de les enclore dans des identités présentées comme intangibles, de discriminer les collectifs dominés, voire d'organiser l'oppression à grand échelle contre des populations définies par leur race.

La racialisation procède par naturalisation des rapports sociaux et des caractères physiques et moraux qui se transmettent de génération en génération, à travers la procréation. Elle repose sur une contradiction : le racisme affirme que les gens sont prisonniers de leur race et s'emploie néanmoins à gérer la transformation des races.

Quatre coups de projecteur permettent de rendre compte de cette histoire : la noblesse de naissance face à l'anoblissement, la nature juive ou musulmane qui persiste dans le sang des convertis, l'origine ineffaçable des métis dans l'Amérique coloniale, la déshumanisation des Africains par la traite esclavagiste.

Ces phénomènes sont les expériences séculaires sur lesquelles les auteurs des Lumières se sont fondés pour classer l'humanité en races. Ils hiérarchisent les groupes humains mais proclament aussi l'universalité des droits de l'homme. Le siècle des philosophes peut alors se lire comme le fruit d'une histoire passée, autant que comme le fondement d'une histoire inachevée, la nôtre.