couverture
  • Disponible

Automne à Berlin

Roth, Joseph

  • Éditeur : Belles lettres
  • Collection : Domaine étranger
  • 272 pages
  • ISBN 9782251452289
  • Paru le 22 novembre 2021
  • 25,95 $ *
  • Essais

* Les prix de nos produits sont sujets à changements sans préavis.

Résumé

L'écrivain a également eu une importante activité journalistique. De 1919 à 1939, il voyage beaucoup et brosse, dans ces courts textes littéraires, des portraits saisissants de lieux (gare, frontière, trains, cabarets, mines de charbon), de personnages (voyageurs, bureaucrates, nazis, émigrés) et de villes (Berlin, Paris, Vienne, Leipzig).

Biographie de l'auteur.e

Joseph Roth est né en Galicie en 1894, sous le règne de l'empereur François-Joseph, dans une famille juive modeste de langue allemande. Au début de la première guerre mondiale, il travaille dans le service de Presse des armées impériales. Après guerre, il devient chroniqueur à Vienne et à Berlin : ses articles, très demandés, traduisent un regard lucide sur son époque et un monde qui disparaît - ainsi celui du Yiddischland de la Mitteleuropa. Parallèlement, il entame une brillante carrière de romancier. Son oeuvre la plus connue est La Marche de Radetzky, publié en 1932, histoire de quatre générations d'une famille sous la Monarchie austro-hongroise finissante où transparaît la nostalgie monarchiste de l'auteur. Exilé en France dès l'arrivée au pouvoir des nazis - qui détruisent ses livres -, il s'installe à Paris en 1934. Malade, alcoolique et sans ressources il y meurt le 27 mai 1939. Ont déjà été publié aux Belles Lettres, Gauche et droite (2017) et À Berlin (2019).

Quatrième de couverture

« Un jour, je devins journaliste par désespoir, devant l'incapacité de toutes les professions à me satisfaire », déclare Joseph Roth (1894-1939). Connu pour son oeuvre romanesque, il a pourtant dès 1919, une importante activité de chroniqueur dans les grands titres de la presse de langue allemande. Il parcourt l'Europe et brosse, dans de courts articles, des portraits saisissants de lieux (gare, frontière, trains, hôtels, cabarets, mines de charbon...), de personnages (voyageurs, bureaucrates, promeneurs, malfrats, nazis, juifs émigrés...) et de villes (Berlin, Leipzig, Vienne, Dortmund, Prague, Paris...). La forte personnalité de Roth écarte de ces chroniques lieux communs et banalités. Il a une vision singulière, vive, emprunte d'humour et d'un sens du détail exacerbé : « Tout pathos sonne faux, part en vaine fumée, en face des événements microscopiques. [...] Un voyage en tramway est plus instructif qu'une traversée des mers et des terres. » D'un lieu ou d'une situation prosaïque, il en fait un signe fort et révélateur d'un monde en perdition, pris dans l'étau de l'anonymat, de l'urbanisation carnassière et de la montée des extrêmes propres à l'entre-deux-guerres.