couverture
  • Disponible

Ismes et catégories historiographiques

Formation et usage à l'époque moderne

Leduc, Christian

  • Éditeur : Presses De L'Université Laval
  • Collection : Mercure du Nord
  • 350 pages
  • ISBN 9782763754185
  • Paru le 9 novembre 2021
  • 39,00 $ *
  • Philosophie

* Les prix de nos produits sont sujets à changements sans préavis.

Résumé

Le présent ouvrage vise à contribuer à l’étude critique des catégories historiographiques et des notions en isme en s’attardant à l’époque moderne (xvie-xviiie siècles).

Biographie de l'auteur.e

Mes travaux portent sur la philosophie moderne (17e et 18e siècles), en particulier sur Leibniz et les Lumières allemandes et françaises. Je m'intéresse surtout aux aspects épistémologiques et métaphysiques, tels le problème de l'individuation, le rapport entre l'esprit et le corps, les conceptions de l'espace, les méthodes d'analyse et de synthèse, les théories de l'hypothèse et de la définition, le caractère systématique des savoirs et les relations entre les facultés de l'esprit humain.

Quatrième de couverture

Les disciplines historiques, littéraires et philosophiques font un emploi abondant des catégories historiographiques. Parmi celles-ci, les termes en ismes sont très fréquents pour référer à une doctrine, un courant artistique, une idéologie ou des événements spécifiques. On fait cependant remarquer que ces désignations posent de nombreux problèmes d’interprétation. En particulier, que l’origine exacte d’une catégorie est souvent méconnue et que sa signification est plus équivoque qu’on ne le croit habituellement. La formation d’un terme en isme s’explique souvent dans un contexte polémique et sert à condamner ou critiquer plutôt qu’à comprendre une pensée, un mouvement ou des faits historiques. Les catégories d’athéisme, de classicisme ou de féminisme en sont de bons exemples. Le présent volume vise à contribuer à l’étude critique des catégories historiographiques et des notions en isme en s’attardant à l’époque moderne (XVIe XVIIIe siècles). Il s’agit d’un moment clef de l’histoire européenne pendant laquelle nombre de ces notions apparaissent ou pour laquelle l’historiographie en a fait un emploi abondant. Les chapitres en examinent la valeur théorique par rapport à une origine ou des usages, et déterminent de quelles manières elles contribuent à l’interprétation de l’histoire, de la littérature ou de la philosophie, de la Renaissance jusqu’à la Révolution française.