couverture
  • Non-disponible

Des peuples et des films

Cinématographie(s), philosophie, politique

Brossat, Alain

  • Éditeur : Rouge profond
  • Collection : Débords
  • ISBN 9791097309329
  • Paru le 22 juin 2020
  • 34,95 $ *
  • Cinéma

* Les prix de nos produits sont sujets à changements sans préavis.

Résumé

Une traversée de l'histoire du cinéma axée sur la notion de peuple à travers l'analyse de différents films. Selon l'auteur, un film ne peut avoir une dimension politique qu'à la condition d'être le lieu de l'inscription d'un peuple. Il s'agit de transmettre l'expérience collective à hauteur de l'homme ordinaire, le quotidien étant alors indissociable de la vie politique.

Quatrième de couverture

« Quelle peut être la part du cinéma, en tant qu'il est une puissance agissante et non pas seulement un observateur du présent, concerné, souvent consterné, plus rarement enthousiaste, pas seulement un témoin, donc, et moins encore un miroir ou un reflet du moment (ou de l'époque), quelle part le cinéma peut-il prendre à la reconfiguration d'un peuple et à sa relance ? » . Jean-Gabriel Périot le souligne dans la préface de cet ouvrage : Alain Brossat répond aux questions qu'il pose en proposant une traversée inédite de l'histoire du cinéma. Pour lui, il n'y a politique dans un film qu'à la condition que ce film soit lieu de l'inscription d'un peuple. Il ne s'agit pas tant de discerner ce qu'est le peuple, voire un peuple, que de dessiner les nombreuses figures au fil desquelles se produisent le surgissement ou le délitement, la composition ou l'émiettement, l'apparition ou la disparition d'un peuple.. Le cinéma doit tenir une position, ce qui est bien plus qu'adopter un point de vue et, davantage encore, que défendre une opinion. Tenir une position, c'est ce qui permet à un film de réintensifier un événement en associant cette capacité à la présence d'un peuple. Par contraste avec le cinéma du roman national destiné à relancer le peuple de l'État, le cinéma du peuple n'enseigne rien, n'exalte ni n'exhorte. Il transmet de l'expérience collective et il le fait à hauteur de l'homme ordinaire ; une expérience qui a certes l'histoire et la vie politique comme milieux, mais aussi les relations sociales, le travail, les épreuves subies en commun, les routines et l'inattendu.... L'histoire de ce cinéma du peuple que raconte Alain Brossat n'est pas une histoire achevée. Rejetant la litanie du « c'était mieux avant », il ne voit aucun motif à désespérer du cinéma et de ses capacités agissantes. Comme les peuples se rappelleront toujours au bon souvenir de leurs gouvernants, le cinéma ne sera jamais totalement soumis..